Le couple franco-allemand

79ème Sommet franco-allemand - Médias et opinion publique européenne (Schwerin, 30 juillet 2002)

La politique de l’Union européenne concerne toujours davantage la vie des citoyens. Il est donc d’autant plus nécessaire de rendre l’Europe proche des citoyens et plus transparente. Dans ce contexte, l’opinion publique européenne revêt une importance centrale comme lien entre les institutions politiques et les citoyens de l’Union. La constitution d’une opinion publique européenne facilite la participation accrue des citoyens aux processus de décision et favorise le renforcement de la légitimité politique de l’Union.

La France et l’Allemagne qui se sont toujours résolument engagées en faveur de la construction européenne mettront tout en oeuvre pour que le prochain élargissement et les réformes qui seront décidées par la Conférence intergouvernementale à la suite de la Convention sur l’avenir de l’Europe, recueillent une forte adhésion auprès de leurs citoyens.

Nos deux pays ont vocation à œuvrer pour l’émergence d’une opinion publique européenne à l’exemple de ce qu’ils font dans d’autres secteurs-clés de la construction européenne.

Or il apparaît que les débats sur les grandes questions européennes sont encore trop souvent abordés dans une perspective exclusivement nationale.

La France et l’Allemagne doivent ainsi avoir à cœur de développer, dans une perspective européenne, une coopération bilatérale exemplaire associant les pouvoirs publics et les médias. Notre coopération devrait s’articuler autour de plusieurs axes prioritaires :

  • Le renforcement des possibilités d’accès aux fréquences et aux canaux des médias du pays voisin (télévision câblée, bouquet satellitaire, radios) revêt une importance déterminante.- L’information mutuelle que les médias français et allemands donnent du pays voisin pourrait être développée et approfondie. Cela implique notamment la participation, le plus souvent possible, de personnalités du pays partenaire aux émissions culturelles, économiques et d’information.
  • Les nombreuses réalisations, telles les coproductions journalistiques, télévisuelles, radiophoniques et cinématographiques, constituent le socle à partir duquel la France et l’Allemagne peuvent développer une coopération ambitieuse. Nous saluons donc les partenariats qui se sont déjà établis entre différents organismes de radiodiffusion et de télévision, ainsi que des organes de presse écrite, afin de dépasser la seule perspective nationale, et les encourageons à poursuivre le développement de ces échanges. L’Académie franco-allemande du cinéma, créée voici deux ans, apporte également une contribution importante en ce sens.
  • La France et l’Allemagne sont déterminées à utiliser conjointement la radiodiffusion internationale comme média important et à promouvoir la coopération des radios responsables en la matière dans chaque pays. Cela concerne, par exemple, l’utilisation commune de fréquences dans des régions-cibles importantes et les programmes qui contribuent à endiguer et à prévenir les crises et les conflits internationaux et qui soutiennent la liberté d’opinion universelle.
  • Il convient de parvenir à une meilleure utilisation des médias existants en matière d’information internationale, par exemple la chaîne européenne Euronews, sur l’avenir et l’élargissement de laquelle nos deux pays poursuivront toutes informations et concertations mutuelles. Cela contribuerait au renforcement de notre coopération bilatérale et donnerait de l’envergure à ce projet qui pourrait englober également les chaînes publiques des pays candidats.
  • Nous nous félicitons des succès obtenus par la chaîne franco-allemande Arte depuis le lancement de ses émissions en 1992. Arte a vocation à assurer le dialogue culturel et social au sein de l’Europe et l’information sur les sujets tant nationaux qu’européens. Nous saluons les réflexions menées en vue du développement de la vocation européenne d’Arte grâce à une coopération avec les services publics de radiodiffusion en Europe, y compris ceux implantés dans les pays candidats.
  • La France et l’Allemagne s’accordent pour affirmer qu’il importe, dans le contexte de la mondialisation, de sauvegarder la diversité culturelle. Aussi s’agit-il de valoriser davantage les aspects culturels, au-delà des questions économiques, afin de donner à la diversité culturelle des perspectives dynamiques dans son environnement communautaire et d’accords internationaux. En vue d’atteindre cet objectif, les deux pays conviennent d’aborder ce sujet également avec les opinions publiques allemande et française. Une table ronde associant tous les acteurs concernés pourrait constituer le point de départ d’une réflexion commune.
  • La coordination des politiques de communication des gouvernements, tout particulièrement sur les thèmes européens, gagnerait à être renforcée. Nous invitons également nos partenaires, ainsi que les institutions européennes à prendre part aux campagnes d’information commune sur l’Europe. Cette stratégie conjointe pourrait s’appuyer sur un recours accru aux technologies de l’information et de la communication. Nous affirmons également notre volonté de relancer le site franco-allemand à l’occasion du 40ème anniversaire du Traité de l’Elysée.
  • Les échanges de vues et d’informations entre la France et l’Allemagne sur la directive Télévision sans frontières vont être poursuivis et intensifiés, dans le cadre de la consultation franco-allemande sur les médias. A travers cette consultation, les deux pays s’emploient à prendre en compte, dans le cadre du réexamen, le cas échéant, de cette directive, les évolutions technologiques et en matière de contenus afin de lui donner une dynamique ouverte et constructive au sein de l’Union européenne.
  • Nous appelons au renforcement et à l’intensification de la coopération franco-allemande en matière de formation des journalistes. Il conviendrait, à cette fin, de lancer de nouveaux partenariats entre écoles de journalisme, de développer les programmes existants d’échanges de journalistes et d’ouvrir largement aux ressortissants du pays partenaire les cursus de formation professionnelle et de formation continue.
  • La maîtrise de la langue du partenaire demeure primordiale pour la compréhension mutuelle. Elle seule permettra de pouvoir bénéficier pleinement de l’offre des médias et des flux d’information en provenance des pays voisins. La promotion du plurilinguisme et le soutien aux initiatives qui visent à améliorer l’apprentissage de la langue française et de la langue allemande dans le pays partenaire, comme la mise en place d’un site portail pour l’apprentissage de la langue du partenaire, constituent les éléments-clés d’une coopération franco-allemande en faveur de l’opinion publique européenne. A ce titre, les médias constituent un vecteur privilégié pour l’apprentissage des langues.
Version imprimable