Colloque de l’année Kleist en France

© Goethe Institut Paris. Prussien dans l’âme, violemment hostile à la France napoléonienne, rousseauiste, Kleist, mort il y a 200 ans, fut, comme Hölderlin, un inclassable dans une littérature allemande alors à son apogée.

Premier en date des grands auteurs de nouvelles, il fut aussi un épistolier remarquable et un dramaturge tardivement redécouvert, mais d’une puissance inouïe. En France, Jean Anouilh a adapté en 1967 le merveilleux « drame de chevalerie » La petite Catherine de Heilbronn ; Julien Gracq a traduit Penthésilée et Jean Vilar a fait du Prince de Homburg (avec Gérard Philipe dans le rôle titre) une des références majeures du renouveau théâtral français au XXe siècle.

Avec des interventions entre autres de Jacques Toubon, Peter Staengle (Heidelberg), Alain Muzelle (Nancy), Jean-Marie Valentin (Paris).

Le 21 octobre, projection de Le dernier matin de Heinrich von Kleist en présence du réalisateur Jean Barral

Informations pratiques :
- Quand ? Jeudi 20 et vendredi 21 octobre
- Où ? Goethe-Institut - 17 avenue d’Iéna, 75116 Paris
- Entrée libre - Réservation conseillée
Tél. +33 1 44439230

Version imprimable