Communiqué de la Chancelière Angela Merkel à l’occasion de la journée franco-allemande (22 janvier 2008)

Aujourd’hui, le 22 janvier, lors de la « journée franco-allemande », l’Allemagne et la France fêtent le 45ème anniversaire du Traité de l’Elysée du 22 janvier 1963. Le traité sur la coopération franco-allemande sert de base à l’amitié profonde et aux multiples échanges entre les peuples de nos deux pays, à l’intensité sans exemple dans l’histoire européenne.

Cette journée doit surtout faire comprendre aux jeunes générations la dimension unique, la signification historique et politique de l’amitié franco-allemande et leur ouvrir les yeux sur leur devoir dans le futur : la coopération franco-allemande doit s’exprimer dans l’effort commun destiné à poursuivre la construction européenne, dans laquelle l’Allemagne et la France portent une responsabilité particulière.

A nos yeux, il est de la première importance de développer chez les jeunes, dès leur scolarité, un regard particulièrement attentif envers le pays partenaire pour qu’ensuite ils puissent s’engager pour une Europe commune, forte et ouverte sur le monde.

C’est pourquoi aujourd’hui sont notamment organisées, à destination des écoliers français et allemands, des « journées découverte » dans des entreprises, afin de permettre aux jeunes d’avoir un aperçu de la coopération franco-allemande dans le monde du travail.

Depuis de nombreuses années, il existe entre les gouvernements allemands et français une coopération d’une intensité sans précédent et nous sommes fiers de son succès. L’Europe telle que nous la connaissons aujourd’hui n’aurait pas été possible sans les multiples initiatives franco-allemandes. Les rencontres institutionnalisées à tous les niveaux politiques sur l’ensemble des sujets importants ont toujours fait avancer l’Europe. Conformément à cette grande tradition, le gouvernement allemand entend aider la France autant qu’elle le peut lorsque celle-ci présidera l’Union Européenne au second semestre 2008 et travaillera en concertation étroite avec le gouvernement français.

Version imprimable