Kleist, Büchner, Kafka : l’univers multiforme de la nouvelle allemande

La forme littéraire de la nouvelle, ou du recueil de nouvelles, est une spécialité de la littérature allemande.
Avec Goethe (Conversations d’émigrés allemands, 1795) et Schiller, elle fait du genre de la nouvelle un mode d’écriture proprement national dont elle exploite les potentialités sociales, merveilleuses et fantastiques.

La forme littéraire de la nouvelle, ou du recueil de nouvelles, est une spécialité de la littérature allemande.
Avec Goethe (Conversations d’émigrés allemands, 1795) et Schiller, elle fait du genre de la nouvelle un mode d’écriture proprement national dont elle exploite les potentialités sociales, merveilleuses et fantastiques.

Plaque apposée sur la maison natale d'Heinrich von Kleist. Dans cette production énorme qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui (P. Handke par exemple), on détachera quelques figures remarquables - Kleist (dont on célèbre cette année le centenaire de la mort), Büchner, Kafka - qui témoignent de cette vitalité inégalée.

Jean-Marie VALENTIN, professeur à la Sorbonne et à l’Institut Universitaire de France, est membre de l’Académie allemande de littérature depuis 1992. Grand Prix de la Recherche en Sciences Humaines de la RFA (1987), il a été Président de l’Association Mondiale des Germanistes (2000-2005, 12 volumes d’Actes parus en 2007-2008) et membre du Haut Conseil Culturel franco-allemand (2000-2010).

Derniers ouvrages parus : La Nouvelle en Allemagne, Belles Lettres, 2007 ; Minerve et les Muses, Presses de la Sorbonne, 2007 ; Lessing, Dramaturgie de Hambourg, Klincksieck, 2010. Il dirige la collection “ Bibliothèque Allemande” aux Belles Lettres.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre des rencontres littéraires initiées par la Ville de Montpellier.

Version imprimable