La France et l’Allemagne renforcent leur coopération dans le domaine de la recherche (29 février 2008)

La France et l’Allemagne vont renforcer leur coopération en matière de recherche et la rendre plus efficace. C’est l’enjeu du Troisième Forum de la coopération franco-allemande en recherche qui réunissait à Paris les principaux acteurs de la politique de recherche en France et en Allemagne, sous la présidence de Valérie Pécresse, ministre française de la l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du secrétaire d’Etat au ministère allemand de l’Education et de la recherche Frieder Meyer-Krahmer.

Plusieurs nouveaux accords de coopération ont été signés entre des laboratoires ou entre des organisations de soutien à la recherche de France et d’Allemagne. Ils fondent des partenariats stratégiques entre le centre de recherche allemand de Jülich et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), entre la Communauté Leibniz et l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et entre la Société Fraunhofer et l’Association des Instituts Carnot. Les scientifiques allemands et français coopèreront notamment dans les domaines du calcul à haute performance, des nouvelles technologies énergétiques et des nanosciences, du séquençage du génome du blé et de l’orge, de l’alimentation ainsi que de la recherche et développement dans le domaine industriel.

Les responsables scientifiques français et allemands ont, par ailleurs, abordé les problèmes de stratégie en matière de politique de recherche. La France et l’Allemagne souhaitent coopérer pour relever des défis communs tels que le changement climatique, la question de l’attractivité des universités et des centres de recherche, le développement des infrastructures de recherche ou encore le lien entre recherche et industrie.

En clôture du Forum, Valérie Pécresse a remis le 29 février, aux côtés d’Annette Schavan, ministre fédérale allemande de la Formation et de la Recherche et du Professeur Helmut Schwarz, président de la Fondation Alexander von Humboldt, le 25ème Prix Gay Lussac-Humboldt à dix scientifiques français et allemands. Il récompense d’éminents scientifiques ayant, d’une part, contribué par l’excellence de leurs travaux et la qualité de leur engagement au renforcement de la coopération franco-allemande et, d’autre part, faisant état de projets prometteurs pour l’avenir de cette coopération. D’une valeur de 22.000 euros, il facilite un séjour de recherche de plusieurs mois dans le pays partenaire.

Les lauréats français sont Abdelhak DJOUADI (Laboratoire de physique théorique, Université de Paris 11 - Orsay), Vladimir KAZAKOV (Laboratoire de physique théorique, Ecole normale supérieure, Paris), Jean JACOD (Institut de mathématique de Jussieu, Université Pierre et Marie Curie - Paris 6), Patrice PAVIS (Département théâtre, Université Paris 8) et Clément SANCHEZ (Laboratoire de chimie de la matière condensée, Université Pierre-et-Marie-Curie - Paris 6).

Les lauréats allemands sont le professeur Friedhelm BECHSTEDT (théorie de la matière condensée, Institut de théorie et d’optique des solides à l’Université Friedrich Schiller de Iéna), le professeur Jörg HACKER (microbiologie, Institut de biologie moléculaire des infections, Université de Wurtzbourg), le professeur Johannes MASING (droit public, Faculté de droit de l’Université Albert-Ludwig de Fribourg en Brisgau), le professeur Jorg RÜPKE (histoire des religions anciennes de la Méditerranée, Faculté de philosophie et des sciences religieuses de l’Université d’Erfurt) et le professeur Hans-Joachim WERNER, chimie théorique, (Institut de chimie théorique, Université de Stuttgart).

Source : Ambassade d’Allemagne en France

Version imprimable