La Vice-présidente du Bundestag effectue une visite sur le site d’Oradour (23 et 24 août 2007)

JPEG - 56.4 ko
Gerda Hasselfeldt devant le centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane (24.08.2007) - Photo : © Bundestag

Les 23/24 août 2007, la Vice-Présidente du Bundestag Gerda Hasselfeldt, députée au Bundestag, a été la première représentante politique fédérale à se rendre au « Centre de la mémoire d’Oradour », sur le lieu de mémoire français situé à Oradour-sur-Glane dans la région française du Limousin. Elle répondait ainsi à une invitation du directeur du Centre de mémoire Richard Jezierski, qui a qualifié la visite de la Vice-Présidente de geste de réconciliation.

Le lieu de mémoire d’Oradour-sur-Glane remémore le massacre perpétré par les membres d’une division de blindés SS le 10 juin 1944. Les troupes de la Waffen-SS après avoir rassemblé tous les villageois, fusillèrent les hommes et enfermèrent les femmes et les enfants dans l’église du village à laquelle ils mirent ensuite le feu. 642 villageois périrent ainsi, dont 245 femmes et 207 enfants.

Sur le lieu de mémoire, Gerda Hasselfeldt a rencontré les bénévoles de « Aktion Sühnezeichen Friedensdiente e.V. » (Action expiation, service pour la paix, association enregistrée), d’Allemagne qui travaille aussi sur le site de mémoire d’Oradour. « Je considère que l’engagement de jeunes Allemands à Oradour est exemplaire », a reconnu la Vice-Présidente.

La visite des ruines du site incendié et de l’exposition « Comprendre Oradour » figuraient au programme. Gerda Hassefeldt a également visité l’exposition temporaire présentée actuellement à Oradour portant sur les lois de Nuremberg de 1935 qui a été conçue en coopération avec le « Centre de documentation sur le territoire des congrès du parti nazi à Nuremberg ». A cet égard, les députés du Bundestag ont suggéré une coopération renforcée entre les centres de documentation européens sur le national-socialisme.

Alors qu’elle marchait dans les ruines d’Oradour incendié, Gerda Hassefeldt a souligné : « Je suis profondément bouleversée de voir à quelles souffrances ont été soumises d’innocentes victimes civiles. » « J’ai été en outre très impressionnée par le fait que lors de la visite à Oradour, je n’ai pas ressenti de sentiment de revanche ni de haine en face de moi mais que j’ai reçu au contraire un accueil ouvert et chaleureux », a déclaré la Vice-Présidente face aux derniers témoins du massacre. « Le travail sur le passé concernant les terribles événements d’Oradour constitue un élément important pour l’approfondissement de l’entente franco-allemande au sein d’une Europe unie. L’échange de vues à Oradour dans un esprit de réconciliation me remplit de l’espoir que nous pouvons envisager avec optimisme un avenir pacifique de l’Europe. »

En juin 2009, le site d’Oradour commémore un double anniversaire. D’une part, le 65ème anniversaire du massacre et de l’autre les dix ans d’existence du centre de documentation. Il est prévu une représentation commune du Requiem de Mozart à Oradour par un orchestre français et un orchestre allemand.

Version imprimable