Le Premier ministre français en visite officielle à Berlin - les 13 et 14 février 2017

©Cyrus CORNUT/Matignon

En déplacement à Berlin les 13 et 14 février derniers, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a effectué sa première visite bilatérale en Europe outre-Rhin. Son agenda présentait une double dimension, à la fois politique et culturelle. En effet, Bernard Cazeneuve s’est entretenu avec la chancelière, Angela Merkel, le vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, le président du Bundestag, Norbert Lammert, et des députés allemands. Dans le cadre de la « Soirée française du cinéma », organisée durant la Berlinale, il a fait Chevaliers dans l’ordre des Arts et des Lettres trois personnalités allemandes du septième art. A l’issue de son séjour, le Premier ministre a rencontré la presse française dans la bibliothèque de l’Ambassade de France à Berlin.

L’allocution du chef du gouvernement français en présence de la chancelière fédérale a marqué le temps fort de ces deux journées dans la capitale allemande.

La relation franco-allemande était au cœur des déclarations d’Angela Merkel et de Bernard Cazeneuve durant le point de presse qu’ils ont tenu conjointement. Tandis qu’elle constitue, aux yeux de la chancelière, le « moteur » des avancées européennes, elle est « une réalité tangible et quotidienne », estime le Premier ministre. La solidité de l’axe franco-allemand se traduit, selon lui, par le partage de positions communes sur différents dossiers de politique étrangère, tels que la Syrie, l’Ukraine ou encore le dialogue avec les Etats-Unis. « [P]lus que jamais nécessaire », la « solidarité entre Paris et Berlin » ferait aujourd’hui face à un défi sécuritaire, migratoire, environnemental et politique.

Afin de relancer le projet européen, le Premier ministre, invité à la chancellerie, a plaidé pour une réponse franco-allemande concrète aux interrogations et aspirations des citoyens de l’Union. Il a défini des thématiques de coopération bilatérale prioritaires, telles que la lutte contre le terrorisme, la croissance et l’emploi, la défense de valeurs communes et les échanges culturels.

La sécurité de l’Europe est au centre des préoccupations des dirigeants des deux pays qui sont aujourd’hui directement confrontés à la menace terroriste. Si Bernard Cazeneuve a salué l’initiative franco-allemande en matière d’échanges de données entre Etats membres et de surveillance aux frontières extérieures de l’Union européenne, il a également insisté sur le nécessaire renforcement des contrôles au sein du territoire européen.

Le Premier ministre s’est félicité du caractère constructif du dialogue entretenu entre Paris et Berlin qui a permis la naissance du Plan d’investissement européen, proposé par le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Il a souligné les efforts fournis par la France pour redresser ses comptes publics et s’est engagé à préserver la stabilité de la zone euro, garante de la croissance et de l’emploi. A l’issue de son déplacement, le Premier ministre a invité le gouvernement fédéral à soutenir la position française pour le maintien de la Grèce dans la zone euro. De son côté, la chancelière allemande considère qu’une Europe forte nécessite une Allemagne et une France économiquement prospères.

Bernard Cazeneuve a rappelé l’attachement de la France et de l’Allemagne aux valeurs européennes, et en particulier à l’Etat de droit, sur le continent et au-delà. Il a rendu hommage au « courage » dont a fait preuve Angela Merkel à travers l’accueil des réfugiés outre-Rhin, assuré dans la dignité.

Le Premier ministre a terminé son discours avec l’actualité culturelle en Allemagne. La présence de la France au festival du cinéma de Berlin ainsi que l’édition 2017 de la Foire du Livre de Francfort « Frankfurt auf Französisch » illustrent, selon Bernard Cazeneuve, le succès de la coopération bilatérale.

©Cyrus CORNUT/Matignon

Toutes les actualités franco-allemandes
Version imprimable