Le cinéma franco-allemand célébré à Berlin - du 9 au 19 février 2017

La Soirée française du cinéma a été l’occasion pour le Premier ministre français Bernard Cazeneuve, le 13 février dernier, de souligner l’importance de la coopération franco-allemande dans le secteur audiovisuel. Elle s’est tenue dans le cadre de la Berlinale, qui a attribué deux récompenses au cinéma franco-allemand cette année.

La Soirée française du cinéma : la coopération franco-allemande à l’honneur de la Berlinale

©Cyrus CORNUT/Matignon

A l’occasion de la traditionnelle Soirée française du cinéma, le Premier ministre français a remis à Birgit Kohler, directrice artistique de l’organisme berlinois Arsenal – Institut für Film und Videokunst, et aux comédiens Daniel Brühl et Max Riemelt les insignes de Chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres le 13 février dernier à Berlin. Créé en 1957 par André Malraux, alors Ministre de la Culture, l’ordre s’adresse aux « personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde ».

La Soirée française du cinéma consacre tous les ans les œuvres cinématographiques françaises sélectionnées à la Berlinale et, au-delà, la coopération franco-allemande dans le secteur audiovisuel. En effet, Bernard Cazeneuve a rappelé le caractère « indispensable » de la relation franco-allemande « au bon équilibre et sans doute aujourd’hui à la pérennité du projet européen ». Il a également annoncé le lancement de l’Année culturelle française en Allemagne. La France sera en effet l’invitée d’honneur de la Foire du Livre de Francfort pour la première fois depuis 1989.

La sélection française et franco-allemande de la Berlinale

©Ambassade de France en Allemagne

Retraçant la biographie du guitariste Django Reinhardt sous l’Occupation, le film français Django d’Etienne Comar a ouvert la 67e édition de la Berlinale. Cette année, le festival a attribué deux récompenses au cinéma franco-allemand. Le Grand Prix du jury a été décerné au long-métrage Félicité du réalisateur franco-sénégalais Alain Gomis. Résultat d’une co-production à la fois française, sénégalaise, belge, allemande et libanaise, le film dresse le portrait d’une chanteuse de bar à Kinshasa. Celle-ci tente de faire soigner son fils hospitalisé après avoir été renversé par une moto et qui risque l’amputation. La co-production franco-germano-roumaine Ana, mon amour du cinéaste roumain Călin Peter Netzer a remporté l’Ours d’argent de la meilleure contribution artistique pour le travail de montage qu’il représente. L’histoire d’un couple bucarestois face à la dépression est au cœur du film.

Toutes les actualités franco-allemandes
Version imprimable